Gilets jaunes : Macron en panne sèche

Face à la colère des gilets jaunes, qu’il tente de discréditer, le Président ne bouge pas. Convaincant ni sur le volet social ni sur la transition écologique, il renvoie à plus tard des décisions urgentes.

Faire mine d’entendre les revendications des gilets jaunes sans changer de cap. Telle est bien la ligne de conduite d’Emmanuel Macron et de son gouvernement, qui, à cette fin, n’hésitent pas à discréditer ce mouvement de protestation populaire en l’assimilant à l’extrême droite. Mardi matin, frappez tambours, sonnez trompettes, le chef de l’État devait, à en croire le porte-parole du gouvernement, Benjamin Griveaux, annoncer depuis l’Élysée des mesures « à court et à long terme » pour répondre aux « colères » exprimées par les gilets jaunes. En une heure de temps, le président de la République a certes affirmé éprouver « de la compréhension à l’égard des citoyens qui veulent faire passer un message », mais en réponse aux attentes des gilets jaunes il n’a avancé qu’une seule mesure concrète : la fiscalité des carburants sera révisée tous les trois mois pour l’adapter aux fluctuations des prix afin d’en limiter l’impact pour les Français qui utilisent beaucoup leur voiture. C’est le retour de la « TIPP flottante », un mécanisme imaginé et mis en place entre 2000 et 2002 par le gouvernement de Lionel Jospin, et supprimé par la droite, quand la taxe intérieure sur la consommation de produits énergétique (TICPE) s’appelait encore taxe intérieure de consommation sur les produits pétroliers (TIPP).

Initialement, Emmanuel Macron devait seulement présenter la très attendue « programmation pluriannuelle de l’énergie » (PPE), qui doit fixer dans la loi la politique énergétique française d’ici à 2028. Et dessiner la marche à suivre d’ici à 2035 pour ramener à 50 % la part de l’atome dans l’électricité en France. Dix jours après l’émergence du mouvement des gilets jaunes, le chef de l’État était attendu sur les mesures d’accompagnement que son gouvernement envisageait de prendre pour rendre la nécessaire transition énergétique socialement supportable. Il s’est contenté de rappeler les mesurettes déjà annoncées par le Premier ministre et le ministre de l’Écologie, en matière de prime à la conversion, de chèque énergie et de remplacement des chaudières au fioul, tout en convenant que ces réponses sont « trop abstraites » pour nos concitoyens et qu’il faudra dans les trois mois, le temps d’en discuter avec les banques et les constructeurs, leur « apporter des solutions pragmatiques ».

Il reste 74% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Le bac des uns et le bac des autres

Culture
par ,

 lire   partager

Articles récents