#NousToutes : « Les femmes ont été entendues »

Mobilisation « historique » selon les organisatrices de #NousToutes. Le 24 novembre, la marche contre les violences sexistes et sexuelles a réuni 60 000 manifestants en France.

À gorge déployée, une femme hurle au milieu des grands boulevards parisiens. Victime des violences de son ex-conjoint, son cri de désespoir semble se muer en courage, puis en soulagement. « Ça fait du bien de crier », lâche-t-elle dans un soupir, vite étouffé par un rire. Elle n’était pas seule. Derrière elle, se dressait samedi 24 novembre un cortège de dizaines de milliers de manifestantes et manifestants contre les violences sexistes et sexuelles. Les 50 marches organisées en France auraient rassemblé plus de 50 000 personnes, dont 30 000 à Paris, selon les organisatrices (12 000, selon la préfecture de Paris).

Les pancartes violettes du mouvement #NousToutes ont coloré les rues de la capitale, mais elles n’étaient pas seules. Le féminisme s’est déployé dans toute sa diversité. Ici, « Pas de féminisme sans les putes » du Syndicat du travail sexuel (Strass). Là, « Ta main sur mon voile, ma main dans ta gueule » de Lallab, association pour porter la voix des femmes musulmanes. Madeline Da Silva, adjointe à la mairie des Lilas (Seine-Saint-Denis) et coorganisatrice de la marche, revient sur cette journée.

Avant la marche, vous déclariez « cette marche pourrait être historique ». C’est le cas, selon vous ?

Madeline Da Silva : C’est certain. L’année dernière, nous étions 2 000 à Paris. Cette année, nous étions 30 000. Jamais aucune manifestation contre les violences faites aux femmes n’avait réussi à réunir autant de monde. La manifestation a attiré au-delà des seuls cercles militants, au-delà des convaincus. Nous assistons à un début de prise de conscience avec le mouvement #MeToo, il y a une « libération des oreilles ». Les femmes ont toujours parlé, aujourd’hui, elles ont été entendues. Mais après les témoignages, les femmes ont besoin d’agir.

Fait rare, nous avons vu les femmes voilées, les transsexuels et les travailleuses du sexe en tête de cortège.

Il reste 47% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents