À propos de « connards »

Depuis l’été dernier, c’est sur Twitter que Raphaël Enthoven distribue ses leçons de sagesse.

Sur Twitter, où il semble désormais passer encore plus de temps qu’auparavant, Raphaël Enthoven, par l’effet d’une modestie dont il arrive qu’il s’affranchisse, se présente comme un basique « prof de philo ». Son dernier éditeur en date se montre un peu plus exhaustif : Enthoven, explique-t-il, « est professeur de philosophie tant qu’il peut, et sur tous les supports qu’on lui donne ».

Jusqu’à l’été dernier, c’est à la radio qu’il exerçait ce talent (plutôt qu’au contact de lycéen·ne·s – catégorie qui lui inspire, nous l’allons voir, des élans contrastés) : il dispensait sur Europe 1 (groupe Lagardère) des cours de maintien d’où il ressortait notamment que l’antiracisme, d’accord, mais à condition qu’il ne soit tout de même pas trop radical, parce que bon, les femmes voilées, hein. Mais, au mois de juillet, cette collaboration a pris fin. Et, depuis, c’est sur Twitter qu’il distribue quotidiennement ses leçons de sagesse.

L’autre semaine, par exemple, des lycéen·ne·s se sont agenouillé·e·s un peu partout en France pour marquer leur solidarité avec leurs camarades de Mantes-la-Jolie victimes quelques jours plus tôt d’une révoltante brimade policière collective.

Il reste 61% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Décote, départ à 64 ans, valeur du point… On vous dit tout sur la réforme des retraites

Éco/Social accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents