Dominique A : l’élan vital

Au terme d’une année intense, marquée notamment par la parution de deux albums et d’un livre, le chanteur se confie sur ses doutes et désirs.

Jérôme Provençal  • 17 décembre 2018 abonné·es
Dominique A : l’élan vital
© photo : Au terme d’une année intense, marquée notamment par la parution de deux albums et d’un livre, le chanteur se confie sur ses doutes et désirs. crédit : Philippe Lebruman

En 1992, un jeune homme surgi de nulle part, ou presque, donnait un radical coup de jeune à la chanson française avec La Fossette, premier album d’une éclatante fraîcheur minimaliste. Aussi dépouillé que son univers musical à l’époque, son nom de scène – Dominique A – sonne aujourd’hui encore comme la promesse d’un éternel (re)commencement.

Propulsé chef de file d’une nouvelle génération d’auteurs-compositeurs-interprètes, l’artiste ne s’est jamais reposé sur ses lauriers, ne cessant au contraire de se remettre en question et d’explorer des pistes différentes – au risque (assumé) de nous perdre parfois un peu en chemin. Toutefois, et c’est le plus important, la trajectoire d’ensemble témoigne d’une inflexible fidélité à soi-même.

Outre La Fossette, la discographie de Dominique A compte plusieurs jalons majeurs – La Mémoire neuve (1995), Remué (1999), La Musique/La Matière (2009) et Éléor (2015) – auxquels s’ajoute le coffret rétrospectif Le Détour (2002). Elle s’est enrichie en 2018 de

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Musique
Temps de lecture : 10 minutes