La biodiversité, une question sanitaire

L’effondrement ou la disparition de certaines espèces menacent la découverte de nouveaux traitements, la qualité de la nutrition et la sécurité alimentaire, et pourraient favoriser de nouvelles pathologies.

L’effondrement de la biodiversité est un aspect peu abordé parmi les impacts du changement climatique sur la santé. Indispensable à la vie sur terre, la biodiversité se définit comme la variété de faune et de flore. La modification de celle-ci a déjà des conséquences sur les moyens de subsistance, les revenus, les migrations locales et des conflits politiques. La diversité biophysique des micro-organismes, de la flore et de la faune est une précieuse source de connaissances dans le domaine de la biologie, des sciences médicales et de la pharmacologie. Ainsi, les grandes découvertes médicales et pharmacologiques (concernant les cancers ou les maladies infectieuses) ont été possibles grâce à une meilleure compréhension de la biodiversité sur terre. Par conséquent, sa perte pourrait limiter la découverte de nouveaux traitements. Rappelons que 60 % de la population mondiale a recours à des médicaments traditionnels, qui, dans certains pays, font partie intégrante du système de santé publique.

La biodiversité joue également un rôle essentiel dans la nutrition, dans la mesure où elle assure la productivité durable des sols et fournit les ressources génétiques pour les cultures, les animaux d’élevage et les espèces marines comestibles. Selon l’OMS, son effondrement aura un impact évident sur la qualité et la composition nutritionnelle de chaque aliment (et des variétés ou cultivars d’un même aliment), ce qui aura des répercussions énormes sur la disponibilité des micronutriments dans l’alimentation en général.

Les conditions climatiques ont des conséquences directes et indirectes sur les écosystèmes terrestres et marins. Or, la biodiversité marine dépend de l’acidification des océans, qui est liée à la concentration de dioxyde de carbone dans l’atmosphère. L’acidification des océans entraîne déjà des modifications importantes du microbiome (ou microbiote, représentant la biodiversité des communautés microbiennes individu par individu) chez certains invertébrés comme les éponges. Chez les vertébrés et chez l’homme, les effets des changements climatiques sur les micro-organismes endogènes et environnementaux sont très largement inexplorés.

Il reste 53% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents