« Leto », de Kirill Serebrennikov : Avant la belle saison

Dans Leto, Kirill Serebrennikov raconte l’émergence du rock russe au tout début des années 1980 à Leningrad, à travers les figures de deux artistes.

Le film de Kirill Serebrennikov est en noir et blanc parce que l’action se situe juste avant la Perestroïka, au tout début des années 1980, quand les libertés étaient sévèrement limitées. La vie en couleur, c’est pour la période d’après. Dans Leto (l’été), il y en a pourtant quelques touches, prémonitoires : ce sont des images d’insouciance, captées par un cameraman de la bande.

Mais le noir et blanc de Leto n’est ni triste ni austère. Il est soyeux et électrique parce que l’histoire qui y est racontée est pleine d’énergie et d’aspiration à la liberté. C’est celle de l’émergence du rock russe en URSS. Plus précisément à Leningrad, au Leningrad Rock Club, l’un des rares lieux publics dans le pays où cette musique est alors tolérée. Et encore ! Le public y est assis, parqué, surveillé pendant toute la durée du concert. La moindre incartade – un cœur dessiné en grand et brandi à l’attention d’un chanteur – est réprimée. Ce sont les premiers plans du film. Où l’on sent une jeunesse qui frémit, prête à braver les interdits, transcendée par ce que dégage le groupe sur scène.

Le groupe se nomme Zoopark, et son leader Mike Naumenko (Roma Sver). Dans ce microcosme marginal, Mike, rocker respecté, fait autorité. Il entraîne autour de lui une tribu de jeunes gens qui fument, boivent et vivent à travers une musique très peu fidèle aux normes du réalisme soviétique. Deux garçons rejoignent cette petite assemblée, dont Viktor (Teo Yoo), qui vient chanter ses morceaux à Mike, d’emblée convaincu de son talent. Viktor Tsoi, avec son groupe, Kino, deviendra une star du rock avant de disparaître prématurément. Mais Leto n’en retrace pas la légende.

Il reste 62% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Réinventer les possibles

Éditorial accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents