Dossier : Amérique latine, Afrique, France : Travailleuses domestiques de tous les pays…

En France, un prolétariat nomade

Encouragés par l’État, au profit des classes aisées, les services à la personne sont certes réglementés, mais les droits des travailleurs restent difficiles à garantir.

On les pensait révolus au siècle dernier. Mais les emplois domestiques en France ne se sont pas tant éclipsés que transformés. Exit l’antique domesticité qui vivait chez ses maîtres, on ne dit plus « employés de maison », mais « employés des services à la personne ».

Formalisé par de nouvelles politiques publiques au début des années 1990, le secteur n’a cessé de croître depuis. Ménage, garde d’enfants, jardinage, préparation de repas, soutien aux personnes âgées ou handicapées… En France, plus d’un million de personnes travaillent au domicile d’environ 3,5 millions d’employeurs, dans un secteur qui représente aujourd’hui près de 5 % de l’emploi total.

Incitations fiscales

Rassemblant pêle-mêle des métiers d’assistance non médicale aux personnes dépendantes ou à la petite enfance et des prestations de ménage dites « de confort » aux personnes valides, le domaine des services à la personne s’est formalisé autour de la figure d’un « particulier employeur », soutenu financièrement par l’État au moyen d’allocations, de mesures de simplifications administratives, mais aussi et surtout de crédits d’impôt et d’exonérations de cotisations sociales et patronales. Un système qui devait tout à la fois sortir les emplois domestiques existants de la clandestinité, résorber le chômage et répondre à de nouveaux besoins sociaux.

Sur le papier, l’équation semblait logique. D’une part, des chômeurs peu qualifiés à la recherche d’un emploi. De l’autre, des ménages débordés dans une société vieillissante, au sein desquels les tâches familiales et domestiques ne sont plus assurées par une armée de femmes au foyer, ces dernières investissant davantage le marché du travail. Soutenus financièrement par l’État grâce à des crédits d’impôt, les seconds pourraient trouver chez les premiers une aide sociale et quotidienne bienvenue. Et que la société de services soit.

Cependant, pour les chercheurs Nathalie Morel et Clément Carbonnier, ce système de subvention fiscale a entraîné un « inquiétant retour à la domesticité ». Loin de soutenir une société de services égalitaire et accessible à tous, il favoriserait une polarisation entre des employeurs relativement aisés et des travailleurs à domicile précaires et mal protégés, estiment-ils dans une étude parue en novembre 2018 (1).

Il reste 73% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents