Mission impossible à Gaza

Yves Aubin de La Messuzière retrace un long parcours de diplomate au Moyen-Orient et en Afrique.

La carrière diplomatique d’Yves Aubin de La Messuzière a failli finir avant d’avoir commencé. En 1970, alors qu’il n’était que jeune attaché de presse à l’ambassade de France à Amman, il a été pris sous les tirs de l’armée jordanienne, qui lançait sa grande offensive contre les factions palestiniennes. Remis de ses blessures, le jeune homme a aussi appris à cette occasion qu’il ne fallait pas trop compter sur le soutien de sa hiérarchie. C’est l’un des nombreux épisodes relatés dans les passionnants mémoires que publie ces jours-ci ce diplomate arabisant, et qui justifie à tout le moins le sous-titre de son livre : Un ambassadeur dans la tourmente.

En quarante ans de carrière, et des affectations au Yémen, au Tchad, en Irak, en Tunisie et même à Rome, Aubin n’a certes plus connu de semblables périls, mais il a dû affronter des crises régionales souvent aggravées par les rivalités franco-françaises et la confusion des donneurs d’ordre parisiens. Le récit qu’il fait de son passage au Tchad (1991-1994) est à cet égard édifiant.

Il reste 65% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Décote, départ à 64 ans, valeur du point… On vous dit tout sur la réforme des retraites

Éco/Social accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents