Oh les sales bêtes !

Avec ses présences animales spectaculaires en déchets récupérés, Bordalo II interpelle sur la surconsommation. Rencontre avec un street artiste éco-activiste, frappeur et frappant.

Ingrid Merckx  • 23 janvier 2019 abonné·es
Oh les sales bêtes !
photo : Lapin recyclé, à Vila Nova de Gaia, Portugal (juin 2017).
© Bordalo

Artur Bordalo tient un bout de tuyau jaune. « Je l’ai ramassé en arrivant… » Les autres déchets, morceaux de plastique, panneaux de bois, filets de pêche, cordes et jouets en tas autour de lui dans cet entrepôt de 700 m², il les a rapportés pour l’exposition. Il a déjà montré son travail dans plusieurs villes, dont San Francisco et Lisbonne. À Paris, son castor de huit mètres accroché rue du Chevaleret a marqué les rétines en mai 2017. Mais ­Bordalo II n’avait encore jamais réuni en France plusieurs de ses œuvres dans un espace dédié.

L’événement qui ouvre le 26 janvier s’intitule « Accord de Paris ». Ce nom, qui pourrait renvoyer à ses polychromies, épingle surtout l’accord bafoué sur le climat. Pas un hasard si Bordalo II

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Culture
Temps de lecture : 4 minutes