Grand débat : « Le questionnaire en ligne relève de la manipulation »

Dans les réunions publiques, les revendications sortent souvent des cases définies par la macronie. La parole des citoyens est libérée, mais l’oreille du gouvernement semble rester sourde.

La petite centaine de personnes qui ont bravé le froid ce 25 janvier à Sartrouville (Yvelines) pour venir échanger avec la députée du cru, Yaël Braun-Pivet, comptent bien parler transition écologique, fiscalité et dépenses publiques, démocratie et citoyenneté, organisation de l’État et des services publics, soit les quatre thèmes imposés par le gouvernement pour son « grand débat ». Mais leur liste de questions est beaucoup plus longue.

« Les abeilles meurent par milliers », s’émeut l’un des premiers Sartrouvillois à prendre le micro. Inquiet, il demande à Yaël Braun-Pivet, présidente de la commission des lois à l’Assemblée et cheville ouvrière de LREM, ce qui est prévu pour endiguer ce phénomène. Plus tard, la discussion s’orientera vers les pesticides et l’agriculture paysanne. Sur ce sujet, la députée n’en mène pas large : comme beaucoup de ses collègues, elle n’était pas présente lors du rejet de l’amendement visant l’interdiction du glyphosate sous trois ans, et elle n’a pipé mot lorsque, la veille, Emmanuel Macron en visite à l’une des réunions du grand débat à Bourg-de-Péage, a assuré : « On n’y arrivera pas. »

La transition écologique est pourtant l’une des principales préoccupations des participants. De son enseignement aux enfants, « souvent moteurs auprès de leurs parents », aux semences paysannes en passant par l’état général de la planète – « vous voyez la poubelle écologique sur laquelle nous vivons ? » s’indigne un participant. Des interrogations bien loin des digues édifiées par le gouvernement, qui souhaitait demander aux Français à quel usage ils voulaient destiner les taxes sur la transition écologique. « À de l’investissement sur le climat », « à aider la transition », « à baisser les impôts » ?, demandait même – faussement naïf – le questionnaire en ligne.

Déclencheur du mouvement des gilets jaunes, la question fiscale reste la préoccupation majeure des débatteurs. Ce 25 janvier à Sartrouville, tous approuvent un impôt sur le revenu « dès le premier euro gagné », mais insistent sur la nécessité de taxer les grandes entreprises, que le gouvernement a pris soin de cacher sous la table. « On donne aux entreprises sans aucun contrôle », dénonce une femme. Une cheffe d’entreprise s’empare du micro : « Je ne comprends pas pourquoi l’État donne aux grandes entreprises et pas aux PME innovantes ! » Mesure symbolique, c’est le CICE (qui a coûté 20 milliards d’euros à l’État en 2018 et dont la moitié a été reversée à de grands groupes) qui est le plus critiqué. « Moi je travaille dans une entreprise du CAC 40, intervient une autre femme, et je peux vous dire que, chez moi, il existe des équipes embauchées juste pour monter de faux dossiers et bénéficier des aides publiques. » Des cadeaux publics d’autant plus incompréhensibles qu’aucun des participants n’a le sentiment d’en bénéficier. « On verse des dizaines et des dizaines de millions d’euros à des entreprises qui nous paient à peine le Smic et ensuite on apprend, dans la bouche d’Emmanuel Macron, qu’on déconne avec », se désole un jeune homme.

Il reste 70% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents