Les veilleurs des territoires

En dépit des offensives libérales, les acteurs de l’ESS veulent continuer d’agir pour l’innovation locale et le maintien du lien social.

Jean-Louis Cabrespines  • 14 février 2019 abonné·es
Les veilleurs des territoires
Les « coopératives jeunesse de services » permettent aux 16-18 ans de s’initier à l’entrepreneuriat coopératif. Ici, des adolescents ont créé leur propre job d’été à Saint-Chamond (Loire), en 2018.
© JEAN-PHILIPPE KSIAZEK/AFP

La période actuelle est troublée pour l’ESS, à la fois parce que les politiques gouvernementales marquent le déni de ses fondements, mais aussi parce que ses forces internes sont contraintes de se réorganiser sous la pression d’un haut-commissaire à l’ESS qui a une vision partielle et partiale de ce qu’elle est, affirmant ainsi dans Le Journal du dimanche : « L’ESS, c’est du capitalisme d’intérêt général. »

Face à cette position, les acteurs de l’ESS arrivent (enfin) à s’organiser autour

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Économie
Temps de lecture : 4 minutes