« Rencontrer mon père », d’Alassane Diago : un père et passe

Alassane Diago retrouve son géniteur, parti 27 ans plus tôt, et lui demande des explications.

Christophe Kantcheff  • 19 février 2019 abonné·es
« Rencontrer mon père », d’Alassane Diago : un père et passe
© crédit photo : Cine sud promotion

C’est une expédition. Une expédition qu’on pourrait croire dangereuse. Au petit matin, Alassane Diago, documentariste sénégalais, se rend au Gabon avec sa caméra pour retrouver son père, qu’il n’a pas vu depuis l’âge de 6 ans. Auparavant, il a interrogé sa mère sur les raisons du départ, vingt-sept ans plus tôt, de celui-ci, qui n’a plus jamais donné de nouvelles. « C’était la volonté du Tout-Puissant », répond la mère d’Alassane Diago, qui a élevé seule ses deux enfants.

De son père, le cinéaste ignore quasiment tout. Quelques photos de lui au temps de sa jeunesse sont apposées sur un mur de la maison. La volonté du cinéaste d’obtenir des explications est transgressive. Cela ne se fait pas. La rencontre est à risque. La mère du

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Cinéma
Temps de lecture : 2 minutes