Super bergère

Le portrait d’une jeune éleveuse de moutons en butte à de nombreux obstacles.

Les pieds dans la boue, la tête penchée vers ses moutons, qu’il pleuve ou qu’il vente, la jeune bergère est toujours bien maquillée. C’est une façon d’être, de se tenir, et ce qu’on devine être une permanence de son passé de citadine. Il y a quelques années, Stéphanie M. a en effet quitté Paris pour créer sa bergerie dans le Cotentin. Elle élève des moutons pour leur laine.

Ce qui apparaît d’emblée à travers la caméra de Delphine Détrie, dont c’est ici le premier long-métrage de cinéma mais qui a déjà beaucoup tourné pour la télévision, c’est la beauté du lieu, l’étendue verte des prés-salés, l’horizon où se mêlent les gris du ciel de la mer. Stéphanie M. a choisi cette existence au grand air, entourée d’animaux, elle qui était confinée dans des « bureaux gris » où elle exerçait le métier de graphiste. « Je n’ai pas du tout envie de retourner dans mon ancienne vie. J’ai tellement gagné en liberté, en autonomie, en humanisme que les petits inconforts matériels me paraissent beaucoup moins graves. »

Il reste 40% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Le bac des uns et le bac des autres

Culture
par ,

 lire   partager

Articles récents