À pleines dents

L’ensemble familial des Ogres de Barback signe un album tout en verve.

C’est un livre d’Antoine Leiris, dont la fille a péri dans l’attentat du Bataclan. Les Ogres en ont fait une chanson aux airs de riposte : « Ils rempliront mon cœur de peine, mais ils n’auront pas ma haine ». « Pas ma haine » n’est pas le seul titre de ce nouvel album qui résonne avec l’actualité. De plein fouet, comme dans « Pas une femme » ou « La nombrilite aiguë », avec ses vers qui vont faire marrer un paquet d’ogrillons : « Chacun pour soi pense à son cul, avec un QI de trou de balle ». Ou en filigrane, comme dans « Tous les matins immondes » : « Tous les matins j’lance mon plan vie durable, ego-responsable ».

Fred, qui signe les textes, s’est surpassé. Certains arrangements sonnent dans la plus pure tradition des Ogres, hommages assumés à Georges Brassens, Renaud ou Mano Solo.

Il reste 58% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Le bac des uns et le bac des autres

Culture
par ,

 lire   partager

Articles récents