Dossier : Domination masculine : Ça ne passe plus

Domination masculine : Ça ne passe plus

L’affaire des harceleurs de la Ligue du LOL est un nouvel exemple de ces pratiques virilistes millénaires et rappelle que le combat des femmes pour accéder au partage du pouvoir est loin d’être terminé.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Son écho a été retentissant, mais elle n’a rien de surprenant. L’affaire des harceleurs de la Ligue du LOL est un secret de polichinelle : ces pratiques virilistes sont millénaires. Pour les chercheurs, elle est une preuve supplémentaire de la suprématie d’une classe, celles des hommes blancs, hétérosexuels et éduqués, sur toutes les autres et de l’importance de la transversalité (genre-race-classe) dans la dénonciation des violences et des discriminations. Nouvelle génération, nouveaux machos. L’affaire rappelle que le combat des femmes pour accéder au partage du pouvoir – clé de voûte d’une réelle révolution sociale – est loin d’être terminé. Pour réveiller les consciences, peut-être faut-il voir les choses en face : assumer qu’en chacun d’entre nous se cache un « macho de base », y compris dans les pays les plus avancés sur les questions de mixité et de diversité.


Haut de page

Voir aussi

Le bac des uns et le bac des autres

Culture
par ,

 lire   partager

Articles récents