Bwa précieux

Le tandem Laurent Coq-Ralph Lavital revient en force et en groove.

Le nouveau disque de Laurent Coq et Ralph Lavital, BWA, sonne comme un retour aux sources et un prolongement. Des sources mélodiques prêtes à surgir, des racines et leurs fruits à cueillir, ces chansons aux lignes simples et efficaces formant le troisième acte, après Dialogue (2013) et Carnaval (2017), d’une longue complicité d’écriture et de jeu.

La métaphore de l’arbre résume fort bien les intentions des musiciens :

Bwa signifie “bois” en créole. C’est la matière noble dont on fait les instruments qui vieillissent bien, mais c’est aussi l’être organique qui relie la terre – le rythme, le groove, le socle, la solidité – au ciel – la mélodie, l’harmonie, la lumière et la fragilité. Enfin, c’est un ensemble d’arbres, ce qui renvoie à la notion de collectif qui nous est si chère.

Il reste 57% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Un message positif

Éditorial accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents