Hitler à la une

Les éditions Perrin publient des « entretiens oubliés » qui en apprennent autant sur les journalistes que sur le Führer.

Denis Sieffert  • 10 avril 2019 abonné·es
Hitler à la une
© crédit photo : UPI/AFP

Voilà un ouvrage qui résonne fortement avec l’essai de Michaël Fœssel, Récidive. 1938, dont Olivier Doubre a rendu compte ici même la semaine dernière. Il s’agit d’une série d’entretiens d’Hitler avec des journalistes occidentaux publiés entre 1923 et 1940. On y trouve quelques titres prestigieux comme le _New York Times, le Daily Mail ou le Daily Mirror, et côté français, de façon plus attendue, une presse qui allait se commettre avec plus ou moins de zèle dans la collaboration. Mais, quel que soit le destin de ces journaux, l’intérêt réside dans l’habileté manipulatrice d’Hitler et sa capacité à adapter son discours à ses interlocuteurs. Et là où il aurait fallu de la vigilance et de la rigueur pour dénoncer l’énormité du mensonge, il n’y a qu’aveuglement et complicité. Et parfois fascination, comme lorsqu’un journaliste de L’Illustration brosse le portrait de son hôte aux yeux « d’un bleu tendre […], un bleu innocent que seuls possèdent les tout-petits ». Et, nous dit-on, l’interviewer n’était pas connu pour ses sympathies nazies…

Aux journalistes américains ou britanniques, Hitler sert surtout le plaidoyer pro domo d’un homme uniquement soucieux de sortir l’Allemagne de la crise et de donner du travail aux chômeurs. C’est « Germany first », si l’on voulait parodier un slogan célèbre qui nous vient aujourd’hui d’outre-Atlantique. « Je cherche du travail pour tous les Allemands », dit-il à une journaliste du New York Times. « Mes seules pensées, mes seules préoccupations s’adressent à ceux qui, chez nous, en Allemagne sont dans le désespoir », poursuit-il. Nous avons là l’autoportrait d’un chef d’État préoccupé par « l’intérêt commun ». On l’entend mettre en garde les syndicats « repliés sur la défense d’intérêts particuliers ». On voit un impératif social dévoyé qui écrase les libertés. Le mensonge est aussi grossier quand il s’agit de rassurer la presse occidentale : « Le temps est venu […] où les nations doivent apprendre à se respecter mutuellement. » Ou encore : « On m’insulte en répétant que je veux faire la guerre. » Le propos date de 1933, le projet hitlérien est pourtant déjà clairement affiché.

Mais on en apprend dans ce livre autant sur les journalistes que sur le dictateur. Les interviews se déroulent comme si Mein Kampf n’avait pas été publié en 1925. Certains l’interrogent sur le sort des juifs avec une fausse crédulité. Dès 1923, dans un entretien à The American Monthly, le futur dictateur affirmait pourtant ignoblement : « De même que les syphilitiques et les alcooliques doivent être isolés et interdits de reproduction, de même les juifs ne doivent pas se mélanger aux Allemands. » Les documents publiés par les éditions Perrin en disent long sur le pouvoir de dissimulation du leader fasciste, habile à se relooker. Et sur la faiblesse insigne de certains journalistes face au pouvoir. Mais fallait-il que l’introduction soit confiée à Éric Branca, ancien rédacteur en chef de Valeurs actuelles ?

Les Entretiens oubliés d’Hitler, 1923-1940 Éd.Perrin, 304 pages, 22 euros.

Idées
Temps de lecture : 3 minutes

Pour aller plus loin…

« Le RN prospère sur la crise d’identité nationale qui frappe la France depuis 40 ans »
Entretien 16 juillet 2024 abonné·es

« Le RN prospère sur la crise d’identité nationale qui frappe la France depuis 40 ans »

La Ve République est tombée dans une impasse politique. Gilles Richard, historien des droites du XXe siècle, esquisse la possibilité d’un rapprochement entre les droites néolibérales et européistes au Parlement. Et redoute qu’Emmanuel Macron n’active l’article 16 de la Constitution.
Par Tristan Dereuddre
Contre la haine en cravate
Histoire 16 juillet 2024 abonné·es

Contre la haine en cravate

L’actualité française et internationale nous rappelle tout l’intérêt de l’enquête de l’historien Mark Bray sur l’antifascisme de 1945 jusqu’à nos jours, des deux côtés de l’Atlantique.
Par Olivier Doubre
Le pluralisme des médias, cible de l’extrême droite
Médias 11 juillet 2024

Le pluralisme des médias, cible de l’extrême droite

Spécialiste en sciences de la communication, François Jost montre le danger pour la démocratie de la concentration des médias entre des grands groupes privés. Et dénonce comment les médias Bolloré contournent leur obligation légale de pluralisme des opinions.
Par Olivier Doubre
Laissez les personnes non-blanches faire de la politique !
Chronique 11 juillet 2024

Laissez les personnes non-blanches faire de la politique !

Kaoutar Harchi souligne la place centrale des militants des quartiers populaires au sein de la gauche, dont certains ont pu accéder aux bancs de l’Assemblée nationale. Et qui laissent espérer pour ce pays un autre avenir que celui qui semblait, le 7 juillet, scellé.
Par Kaoutar Harchi