Marie-Hélène Bourlard en rouge et Nord

Propulsée dans la lumière par le film Merci Patron !, de François Ruffin, l’ancienne syndicaliste CGT est numéro 2 de la liste du PCF pour les européennes. Aussi au nom des gilets jaunes.

Agathe Mercante  • 3 avril 2019 abonné·es
Marie-Hélène Bourlard en rouge et Nord
© crédit photo : FRANCOIS LO PRESTI/AFP

Le PCF le martèle : si elle est élue, elle sera la première ouvrière française à faire son entrée au Parlement européen. Un défi de taille pour Marie-Hélène Bourlard, retraitée du textile et numéro 2 de la liste pour les européennes de mai. Novice en politique, elle n’en est pourtant pas à son coup d’essai en matière de luttes sociales. Révélée au public par le film de François Ruffin Merci patron !, elle est depuis 42 ans déléguée syndicale à la CGT. Tête de proue de la lutte contre les délocalisations, elle est une figure populaire dans les Hauts-de-France.

Née en 1957 au Quesnoy (Nord), Marie-Hélène Bourlard est une enfant bagarreuse mais bonne élève. « J’ai le certificat d’études », précise-t-elle. Elle quitte l’école à contrecœur à 16 ans, à la suite du décès de son père, ouvrier dans la métallurgie, et entre, elle aussi, à l’usine. Premiers pas dans le monde du travail, mais aussi premiers combats. La jeune femme, que rien ne prédestinait à une vocation syndicale – « on ne parlait pas de politique à la maison » –, attrape le virus dès le départ. « La semaine où je suis arrivée, il y avait une grève à cause de la chaleur. Les filles demandaient des climatiseurs, des ventilateurs… eh bien j’ai fait grève aussi ! »

À l’usine Bidermann, qui produisait des costumes Pierre Cardin, Marie-Hélène Bourlard est presseuse. De cette époque elle garde un souvenir joyeux : « Il y avait beaucoup de camaraderie. » Jusqu’aux années 1980 et la vague de délocalisations qui désertifie la région : « Les usines fermaient les unes après les autres. » La déléguée syndicale et militante communiste – « les seuls qu’on voyait à la sortie de l’usine » – monte au front. Alors, lorsque LVMH veut délocaliser l’usine Ecce de Poix-du-Nord et mettre sur le carreau 147 ouvriers, elle mène le combat et s’offre même une action LVMH pour interpeller Bernard Arnault à l’assemblée des actionnaires. « On dérange ! On dérange parce qu’il y a 147 chômeurs dehors ! » harangue-t-elle, le 10 mai 2007.

Sur le terrain aussi la syndicaliste use de toutes les méthodes possibles pour faire plier les patrons. Mais ça ne suffit pas : en 2009, l’usine ferme définitivement et Marie-Hélène Bourlard devient ambulancière. Si elle garde un souvenir amer de Bernard Arnault – « Je lui en veux à mort » –, elle chérit le souvenir de sa rencontre avec François Ruffin, alors journaliste pour l’émission « Là-bas si j’y suis ». « En 2005, il était venu pour interroger les filles [de l’usine] sur le référendum européen. J’étais un peu gênée parce qu’elles lui ont dit : “Marie-Hélène nous a dit de voter contre, donc on a voté contre” » se souvient-elle, n’assumant pas tout à fait son rôle de leadeuse d’opinion.

Le PCF, lui, ne s’y est pas trompé, propulsant la militante deuxième sur la liste menée par Ian Brossat. « J’ai dit oui parce que je pensais que je ne serais pas à une position éligible, et puis bon… » Depuis, elle multiplie meetings, rendez-vous avec les corps intermédiaires, tractages sur les marchés, porte-à-porte. Proche des gilets jaunes de sa région – « ils m’ont très bien accueillie » –, elle espère porter leur message au Parlement européen. Son franc-parler mâtiné d’accent du Nord détonnera à Strasbourg et à Bruxelles. Car Marie-Hélène Bourlard ne parle pas la langue de bois, pas plus qu’elle n’est à l’aise sur les plateaux pour porter son combat. « Elle ne maîtrise pas le jargon politique et pourrait connaître des difficultés », concède René Fleurie, de la fédération PCF du Nord. « Le Parlement européen doit sortir de son registre technocratique, c’est là tout l’intérêt d’un député communiste », défend Marie-Pierre Vieu, eurodéputée sortante et numéro 4 sur la liste. En septembre, elle a invité Marie-Hélène Bourlard à Bruxelles : « Elle était intimidée, mais très volontaire. »

« J’étais déjà venue devant, mais je n’étais jamais entrée dans le Parlement », explique la candidate. La syndicaliste reste mal à l’aise avec les institutions européennes – et bafouille d’ailleurs lorsqu’il s’agit de parler de la GUE (Gauche unitaire européenne), le groupe parlementaire où siègent les communistes. Des lacunes qui n’inquiètent pas la direction du parti : à leurs yeux, elle incarne avant tout un renouveau politique. « Elle sera entourée, ils s’appuieront autant sur elle qu’elle sur eux », veut croire Nacim Bardi, un de ses colistiers. Mais encore faut-il que les communistes accèdent au Parlement : crédités (au mieux) de 3 % dans les sondages, il leur faut dépasser les 5 % pour gagner ce pari.

Politique
Temps de lecture : 4 minutes

Pour aller plus loin…

Assemblée : la gauche reste aux finances, les deals entre droite, Macronie et RN continuent
Politique 20 juillet 2024 abonné·es

Assemblée : la gauche reste aux finances, les deals entre droite, Macronie et RN continuent

La gauche gagne la présidence de la commission des finances et celle des affaires culturelles et de l’éducation. Les Macronistes se taillent la part du lion grâce à l’appui quasi-systématique des députés du Rassemblement national.
Par Lucas Sarafian
La gauche remporte la bataille du bureau de l’Assemblée
Direct 19 juillet 2024

La gauche remporte la bataille du bureau de l’Assemblée

L’élection du bureau de l’Assemblée nationale a viré à l’avantage de la gauche qui emporte la majorité de ces postes-clés pour l’organisation et la direction des débats. Le RN n’y a aucun élu, tout comme le MoDem. Récit de cette très longue journée qui ne s’est achevée qu’au petit matin.
Par Michel Soudais
À l’Assemblée, Yaël Braun-Pivet sauvée par Laurent Wauquiez
Parlement 19 juillet 2024 abonné·es

À l’Assemblée, Yaël Braun-Pivet sauvée par Laurent Wauquiez

Malgré sa lourde défaite aux législatives, le bloc présidentiel conserve le perchoir grâce à un deal avec la droite. La gauche, perdante de cette élection stratégique, dénonce un « vol » politique et cède du terrain pour Matignon.
Par Lucas Sarafian
« Ne nous trahissez pas » : à Paris, un rassemblement pour exhorter le NFP à gouverner
Mobilisation 18 juillet 2024 abonné·es

« Ne nous trahissez pas » : à Paris, un rassemblement pour exhorter le NFP à gouverner

Plusieurs dizaines de rassemblements, à l’initiative de la CGT Cheminots, se sont tenus ce jeudi partout dans l’Hexagone. À Paris, quelques milliers de personnes se sont déplacées pour demander la mise en place, au plus vite, d’un gouvernement du Nouveau Front populaire.
Par Pierre Jequier-Zalc