Dossier : L'équation macroniste : militant = délinquant

Pour se défendre, l’union fait la force

Face à la répression judiciaire, des militants s’organisent pour faire pencher la balance du côté des manifestants.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


De la rue aux tribunaux, même combat. Face à la répression judiciaire, des militants s’organisent pour faire pencher la balance du côté des manifestants. Défense collective à Toulouse ou à Rennes, caisse de solidarité à Lyon ou encore Stop répression à Paris… Ces collectifs apportent un soutien juridique aux contestataires lors des mouvements sociaux. L’idée n’est pas neuve. L’un des premiers groupes constitués sous la dénomination Défense collective avait été fondé en 1971 par des avocats maoïstes proches du Groupe d’information sur les prisons (GIP, fondé notamment par Michel Foucault). Ils publient, entre autres, le Manuel de l’arrêté, petit bréviaire de défense juridique. Aujourd’hui encore, les héritiers de cette pratique solidaire participent à la diffusion des bonnes pratiques : connaître le numéro d’un avocat, ne rien déclarer devant la police ou encore refuser les comparutions immédiates.

Les défenses collectives prennent en charge les manifestants dès leur interpellation. Par exemple en faisant parvenir aux avocats les garanties de représentation du prévenu (contrat de travail, certificat de scolarité, justificatif de domicile…) pour éviter une détention provisoire. Les frais de justice représentent un coût, parfois assumé collectivement par les manifestants, à l’initiative des groupes de défense. Certains collectifs, rompus aux procédures, peuvent participer à l’élaboration des stratégies judiciaires. Refuser les étiquettes de bon ou mauvais manifestant dans sa défense (stratégie de non-dissociation), refuser le profilage social ou, encore, politiser le procès.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents