Youn Sun Nah : plongée ascensionnelle

Le dixième album de la chanteuse Youn Sun Nah est un bijou d’éclectisme éclairé.

Cet article est en accès libre. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas se financer avec la publicité. C’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance : achetez Politis, abonnez-vous.


Avec Immersion, la diva sud-coréenne Youn Sun Nah poursuit son irrésistible ascension. Tous les ingrédients qui nous l’ont fait apprécier dès la fin des années 1990 demeurent, mille et une fois augmentés au fil des enregistrements et des tournées. Depuis Voyage (2008), et surtout Same Girl (2010), puis Lento (2013) et She moves (2017), le monde du jazz se l’arrache sans que cela nuise à son intégrité de musicienne ni n’entrave ses ambitions poreuses.

Car Youn Sun Nah se fiche bien des étiquettes. Si elle a longtemps puisé son inspiration au plus profond du jazz (et continue de le faire), c’est en totale sympathie avec d’autres forces qui agitent et propulsent son chant du côté de l’électro-rock, de la pop ou du blues, sans oublier ses racines de musicienne classique ni son amour pour le cinéma français – ici traduit dans une splendide interprétation de « Sans toi », écrit par Michel Legrand et Agnès Varda pour le film Cléo de 5 à 7.

Aisance syncrétique

« In My Heart », le morceau qui ouvre Immersion, réalise d’emblée cette fusion énergétique et stylistique partout présente sur ce dixième album. Une aisance syncrétique qui s’exprime dans l’interprétation comme dans la composition, que Youn Sun Nah s’autorise plus que jamais. Sur des paroles du poète persan Rûmî, des chanteuses américaines Morley Kamen et BirdPaula ou de ­l’Italienne Rosita Kèss, elle a écrit une musique tour à tour incantatoire et tragique, palpitante et torrentueuse, intimiste ou chatoyante. Quant à ceux qui l’entourent dans cette magnifique immersion en studio, le producteur et multi-instrumentiste ­Clément Ducol (Camille, Melody Gardot…), le violoncelliste et batteur Pierre-François Dufour, l’ingénieur du son Maxime Le Guil (Radiohead), ils contribuent de façon majeure à ce projet sans bémol.

Immersion, Warner Arts Music.

Concerts : 9 mai, Charleville-Mézières ; 29 mai, Saint-Gaudens (Jazz en Comminges) ; 31 mai, Angoulême (Musiques Métisses) ; 19 juillet, parc Floral (Paris Jazz Festival)…


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.