Dossier : Enfin (le) libre !

Enfin (le) libre !

Initié au milieu des années 1980 par l’informaticien Richard Stallman, le mouvement du logiciel libre et de l'open source s'étend désormais à de multiples domaines, parfois éloignés de l’informatique.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Tout a commencé par un chef-d’œuvre de « hacking juridique ». Au milieu des années 1980, l’informaticien Richard Stallman a eu la brillante idée de retourner le principe des brevets, qui commençait à étendre la propriété intellectuelle comme autant d’« enclosures » sur les innovations informatiques, pour en faire au contraire une arme protectrice. Ainsi naissaient le logiciel libre, désormais incontournable, et le « mouvement du libre », qui prouvent depuis trente ans que l’ouverture est un formidable accélérateur d’intelligence collective. Ils ont donné naissance à une économie du partage, qui recrée autour des biens communs une communauté d’usagers-créateurs, éclipsant la figure du client-consommateur.

Médicaments, organismes vivants, outils de production… L’open source s’étend désormais à de multiples domaines, parfois éloignés de l’informatique. Comme un nouveau réflexe de protection contre toutes les formes d’accaparement. Et les principes du « libre » contribuent à construire autour des biens communs une culture de coopération radicale. Un apprentissage délicat, mais rafraîchissant.


Haut de page

Voir aussi

Le goût subtil de la gentrification

Société
par ,

 lire   partager

Articles récents