Face au péril nationaliste

L’ouvrage collectif dirigé par Dominique Vidal redéfinit les concepts et situe les enjeux européens.

Voilà un ouvrage bien utile en ces temps de débats européens souvent confus. Son premier mérite est de situer les enjeux : le risque de voir les nationalistes devenir majoritaires en Europe, seuls ou en contraignant les droites à s’allier à eux. Et avec, dans tous les cas, des programmes de régression sociale, culturelle et morale. Une vingtaine de spécialistes réunis par Dominique Vidal analysent pays par pays ces forces en pleine ascension dans l’Union européenne, en soulignent les traits communs et les différences.

Du FPÖ autrichien à l’AFD allemande, de la Ligue italienne au PVV néerlandais en passant par le Fidesz hongrois et le SD suédois, les auteurs passent en revue tous ces mouvements que l’on qualifie parfois indifféremment de nationalistes, de populistes ou même, par une coupable facilité, de fascistes… Et c’est bien parce que tous ces concepts sont trop souvent interchangeables dans la littérature médiatique que l’introduction de Dominique Vidal est précieuse. Car de quoi parlons-nous au juste ? Si le nationalisme et l’extrême droite se confondent souvent, les deux catégories sont d’autant moins superposables que le nationalisme « est aussi présent à gauche, où il bénéficie d’une image positive issue des luttes de libération nationale ». Le politologue Bertrand Badie estime, lui, dans l’article qu’il signe en conclusion, que « la dérive du nationalisme se met en marche lorsque les distinctions par rapport à l’autre l’emportent sur l’acte d’émancipation ».

Il reste 48% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents