Le gloubi-boulga des européennes

À la clôture du dépôt des listes, le 3 mai, le ministère de l’Intérieur en a recensé pas moins de 33.

Voici venu le temps des élections européennes. Après un automne, un hiver et un printemps marqués par les mobilisations des gilets jaunes, les marches pour le climat et le « grand débat » – qui n’avait de débat que le nom – l’heure est à la campagne et au vote. À la clôture du dépôt des listes, le 3 mai, le ministère de l’Intérieur en a recensé pas moins de 33. Deux listes estampillées gilets jaunes (l’Alliance jaune de Francis Lalanne, Évolution citoyenne de Christophe Chalençon), une du Mouvement pour l’initiative citoyenne, qui défend le RIC, une du Parti pirate, une autre prônant l’usage de l’espéranto ou encore une du Parti animaliste viennent ainsi s’ajouter aux très (trop ?) nombreuses candidatures déjà déclarées – les téléspectateurs du débat du 4 avril sur France 2, où 12 candidats tentaient d’expliquer leur programme dans la cacophonie générale, s’en souviennent.

Déjà en campagne, les listes principales captent la lumière… et les intentions de vote. Le Rassemblement national récolterait, selon les sondages, 23 % des voix, talonné par Renaissance, la liste menée par la macroniste Nathalie Loiseau, à 21,5 %, suivie par Les Républicains, à 15 %, Europe Écologie-Les Verts (9 %) et La France insoumise (8,5 %) (1).

Il reste 57% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Décote, départ à 64 ans, valeur du point… On vous dit tout sur la réforme des retraites

Éco/Social accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents