Réponse massive de la société civile internationale à la Journée mondiale d’action #AntiChevron

Plus de 260 organisations, réseaux, syndicats et mouvements sociaux au niveau mondial, représentant plus de 280 millions de personnes, se mobilisent pour dénoncer l’impunité de Chevron en Équateur et demandent le soutien du président équatorien aux communautés autochtones et paysannes concernées.

Collectif  • 21 mai 2019
Partager :
Réponse massive de la société civile internationale à la Journée mondiale d’action #AntiChevron
crédit photo : RODRIGO BUENDIA / AFP

Après quinze ans de litige en Équateur concernant la réparation de dommages causés lors du plus grand désastre environnemental en l’Amazonie, une coalition représentant plus de 30 000 indigènes a gagné le procès contre le géant pétrolier Chevron une fois pour toutes. L’entreprise a toujours refusé de payer et a recouru avec succès au système de règlement des différends entre investisseurs et État ISDS (selon son sigle en anglais) contre l’État d’Équateur. Plus de 260 organisations, mouvements sociaux et syndicats du monde entier, représentant plus de 280 millions de personnes, dénoncent l’impunité de la transnationale et demandent au gouvernement équatorien de ne pas intervenir dans le procès entre les communautés regroupées dans l’UDAPT (Union des communautés affectées par Texaco Chevron) et la transnationale et soutenir les communautés affectées.

L’affaire UDAPT, (Union des communautés affectées par Texaco) contre Chevron (anciennement Texaco), constitue le procès environnemental le plus important au monde. Lancé en 1993 pour la défense de 30 000 paysans et indigènes en Équateur, Chevron a été condamné en 2011 à payer 9,5 milliards de US-dollars pour réparer les dommages environnementaux, culturels et sociaux causés en l’Amazonie équatorienne entre 1964 et 1992.

Toutefois, en 2018, Chevron a gagné une affaire devant la Cour permanente d’arbitrage de La Haye en utilisant l’ISDS contre l’Équateur, argumentant que l’État avait violé des accords bilatéraux d’investissement avec les États-Unis. Les arbitres ont ordonné l’État équatorien de verser une compensation financière à Chevron et de déclarer nulle et non avenue la sentence en faveur des communautés affectées, ce qui constitue une violation de sa constitution.

Cela créerait un précédent international à haut risque puisqu’il placerait un tel tribunal arbitral au-dessus des cours nationales. Dans le cadre d’une initiative promue par la campagne mondiale pour revendiquer la souveraineté des peuples, démanteler le pouvoir des entreprises et mettre fin à l’impunité, en alliance avec les membres de la campagne européenne « Des droits des peuples, des règles pour les transnationales – Stop-ISDS », et autres réseaux internationaux, en étroite coordination avec l’Union des communautés touchées par les opérations pétrolières de Chevron-Texaco en Équateur (UDAPT), plus de 260 organisations, mouvements sociaux, syndicats, demandent au moyen d’une lettre adressée au président équatorien Lenin Moreno de rejeter la décision arbitrale en faveur de Chevron et de déclarer leur soutien aux communautés affectées.

Ce 21 mai, Journée mondiale #AntiChevron, en soutien à l’importante mobilisation déployée en Équateur par les communautés affectées, des groupes locaux dans dix pays d’Europe, d’Amérique latine et des États-Unis se mobiliseront et remettront la lettre aux représentants du gouvernement équatorien. La lettre dénonce l’impunité dont jouit Chevron en Équateur et dans d’autres pays (Argentine, Brésil, Kazakhstan, États-Unis et Indonésie), ainsi que les répercussions importantes de compagnies pétrolières comme Chevron sur le réchauffement planétaire. Le peuple équatorien et des organisations du monde entier s’opposeront à des cas ISDS tels que celui de Chevron contre l’Équateur et plaideront pour l’établissement d’un instrument international juridiquement contraignant sur les sociétés transnationales et les droits humains dans le cadre des Nations unies.

Pablo Fajardo (avocat principal des UDAPT) déclare : « Après 15 ans de procès en Équateur, l’ensemble du système judiciaire équatorien, fondé sur la primauté de droit, a pleinement ratifié la condamnation de la compagnie pétrolière. Mais Chevron, en utilisant le système ISDS, essaie d’empêcher les communautés affectées à obtenir justice. Pour nous, le système ISDS est devenu le plus grand obstacle auquel se heurtent les victimes de crimes commis par des entreprises transnationales pour accéder à la justice. »

Le système ISDS permet aux investisseurs étrangers de poursuivre en justice les pays dont les politiques interfèrent avec leurs bénéfices attendus. Bon nombre de ces plaintes sont déposées par des sociétés pétrolières et gazières contre des États qui mettent en œuvre des politiques qui visant à protéger leurs citoyens et l’environnement. Pour les communautés affectées dans ces pays, il s’est avéré quasiment impossible d’obtenir réparation pour des violations des droits humains commises par les entreprises transnationales. En Europe, une mobilisation continue de la société civile contre l’ISDS a recueilli plus d’un demi-million de signatures de soutien.

Communiqué de presse

Amsterdam/Genève/Quito, le 21 mai 2019

Pour obtenir des entrevues et de l’information, veuillez prendre contact avec :

En Europe : udapt.eu@gmail.com, Tél. : 0041 77 530 77 07

En Équateur : Mirian Ojeda Rojas : 00593 6-283 0405 ou 00593 99 083 4021

Pour plus d’informations : http://www.udapt.org/21-mayo-2019/

In Europa : udapt.eu@gmail.com, Tél. : 0041 77 530 77 07

In Ecuador : Mirian Ojeda Rojas : 00593 6-283 0405 ou 00593 99 083 4021

Plus d’informations: http://www.udapt.org/21-mayo-2019/

Lettre au gouvernement équatorien :

http://www.udapt.org/movilizacion-internacional/

Informationsflyer :

https://www.stopcorporateimpunity.org/21-mai-journee-mondiale-antichevron/?lang=fr

Global campaign :

https://www.stopcorporateimpunity.org/traite-contraignant-de-lonu/?lang=fr

Kampagne ISDS :

https://stopisds.org/fr/

Fotos von Mobilisierungen vom 21. Mai : https://flic.kr/s/aHsmDz3XE3

Publié dans
Les blogs et Les blogs invités
Temps de lecture : 4 minutes
Soutenez Politis, faites un don !

Envie de soutenir le journal autrement qu’en vous abonnant ? Faites un don et déduisez-le de vos impôts ! Même quelques euros font la différence. Chaque soutien à la presse indépendante a du sens.

Faire Un Don

Pour aller plus loin…

Chronique déconfinée du jardin: le navet n’est pas seulement un mauvais film…
Les blogs • 13 mai 2020

Chronique déconfinée du jardin: le navet n’est pas seulement un mauvais film…

Il a fait son entrée en cuisine loin du pot-au-feu
Par Claude-Marie Vadrot
La quiche qui déconfine les fonds de frigo
Les blogs • 12 mai 2020

La quiche qui déconfine les fonds de frigo

Pendant presque 2 mois, je vous ai proposé un rendez-vous culinaire pour assaisonner vos journées confinées avec des produits du placard ou faciles à trouver. Onze recettes plus tard, l’heure de sortir masque au vent de nos tanières a sonné. Voici donc la der des ders : la quiche qui déconfine les fonds de frigo.
Par Marie-Édith Alouf
Un pot-au-feu de printemps en 18 minutes chrono
Les blogs • 4 mai 2020

Un pot-au-feu de printemps en 18 minutes chrono

Vous êtes confiné·es chez vous et vous avez du temps à revendre. Pourquoi ne pas le passer en partie dans la cuisine ? Je vous propose un rendez-vous culinaire pour assaisonner vos journées : des recettes à réaliser avec des produits du placard ou faciles à trouver dans votre périmètre de confinement. Aujourd’hui, le « pot-au-feu minute » du cuisinier Pierre Gagnaire, revisité à ma sauce.
Par Marie-Édith Alouf
Le gâteau de semoule au caramel et son auteure fantôme
Les blogs • 28 avril 2020

Le gâteau de semoule au caramel et son auteure fantôme

Vous êtes confiné·es chez vous et vous avez du temps à revendre. Pourquoi ne pas le passer en partie dans la cuisine ? Je vous propose un rendez-vous culinaire pour assaisonner vos journées : des recettes à réaliser avec des produits du placard ou faciles à trouver dans votre périmètre de confinement. Aujourd’hui, un gâteau de semoule nappé de caramel et de mystère.
Par Marie-Édith Alouf