Rêves d’Europe

Un recueil bilingue français et allemand rassemble les grands textes qui ont inspiré le projet démocratique européen.

Alors que nous venons de voter aux élections européennes, Juliette Charbonneaux, maîtresse de conférences au Celsa (Sorbonne), a fait, avec le soutien de la Fondation Heinrich-Böll, œuvre de généalogie de ce qui fut d’abord un « rêve » enthousiaste, puis le projet d’union européenne. 

On commence ainsi avec Victor Hugo, quelques mois après la Révolution de 1848, qui affirma sa conviction européenne dans un discours fameux et visionnaire au Congrès de la paix, à Paris, le 21 août 1849. « Un jour viendra où les boulets et les bombes seront remplacés par les votes, par le suffrage universel des peuples », s’enflammait ainsi, plein d’espoir, l’écrivain. Puis on relit avec plaisir la Déclaration de l’indépendance de l’Esprit, de Romain Rolland, parue dans L’Humanité, après que le grand pacifiste a recueilli les signatures de Stefan Zweig, l’un de ses plus proches amis, Albert Einstein, Henri Barbusse, Bertrand Russel ou Hermann Hesse. Au lendemain de la grande boucherie de 1914-1918, il fait un appel solennel aux « travailleurs de l’Esprit », « séparés depuis cinq ans par les armées », pour « reformer notre union fraternelle, mais une union nouvelle, plus solide et plus sûre que celle qui existait avant ». On sait malheureusement que son vœu restera lettre morte, l’Europe ne tardant pas à reprendre la voie de la violence et de l’embrasement.

Il reste 56% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Le goût subtil de la gentrification

Société
par ,

 lire   partager

Articles récents