Le bon grain journalistique et l’ivraie militante

Selon Le Monde, Taha Bouhafs met du militantisme dans son métier, alors que Bernard Guetta non.

Sébastien Fontenelle  • 19 juin 2019 abonné·es
Le bon grain journalistique et l’ivraie militante
© photo : Taha Bouhafs crédit : Yann Castanier / Hans Lucas / AFP

L’autre jour (c’était le 13 juin), Le Monde, « quotidien de référence », a mis en ligne, sur son « site de référence », un article dont le titre était : « Le journaliste militant Taha Bouhafs (1) poursuivi pour “outrage”, son téléphone mis sous scellé ».

Le Monde – il faut y insister un peu – ne présentait donc pas Taha Bouhafs (2) comme « journaliste » et « militant », mais bien comme un

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Publié dans
De bonne humeur

Sébastien Fontenelle est un garçon plein d’entrain, adepte de la nuance et du compromis. Enfin ça, c’est les jours pairs.

Temps de lecture : 3 minutes