Macron veut faire peur aux ours

Parmi d’autres mesures impulsées par l’État, Pôle emploi recrute des chômeurs pour « effaroucher » les plantigrades des Pyrénées.

Claude-Marie Vadrot  • 5 juin 2019
Partager :
Macron veut faire peur aux ours
© crédit photo : L’OFFICE NATIONAL DE LA CHASSE ET DE LA FAUNE SAUVAGE (L’ONCFS) / AFP

Le président de la République vient de montrer une nouvelle fois son manque d’intérêt pour la biodiversité et même son mépris pour ce qui reste de faune sauvage, en laissant fuiter les décisions sur l’avenir des ours et des loups en France avant même la réunion prévue avec les associations de protection de la nature sur l’avenir de ces mammifères. Ce faisant, il va à l’encontre du Plan ours 2018-2028, qui avait mis d’accord toutes les parties, et ouvre la voie à de nombreux abus.

Non seulement Emmanuel Macron a donné son accord il y a quelques jours pour qu’une centaine de loups soit abattus dès l’année prochaine, mais il a prié son ministre de l’Écologie de « prendre des mesures » contre la quarantaine d’ours qui peinent à survivre dans les Pyrénées. Ainsi, sans en débattre avec les associations, comme cela était prévu le jeudi 6 juin à la préfecture de Toulouse, le pouvoir a décidé, à la demande des chasseurs et des bergers qui refusent de mettre en œuvre les mesures de protection des troupeaux de brebis, de procéder à l’effarouchement des ours bruns. Il vient de décider, avant toute concertation avec les protecteurs, de faire publier par Pôle Emploi Ariège une annonce pour recruter des « effaroucheurs » d’ours !

Les ours au bout des fusils

Et désormais, les bergers seront informés par SMS, tout comme les effaroucheurs, de la localisation des ours. Cette décision met en danger les ours puisque cela les met à la merci des organisations de chasseurs, qui pourraient faire usage de leurs fusils en prétendant, comme dans d’autres tristes occasions, qu’ils se sont sentis « menacés ». Un cadeau de plus aux chasseurs auxquels le Président vient d’accorder un permis de chasse à prix cassé et de nombreux postes dans les instances chargées de préserver la biodiversité.

Le pouvoir oublie que les ours sont une espèce protégée en état de danger critique d’extinction, d’après les scientifiques. Il n’y a plus aucune concertation pour que soit définie une politique pour améliorer la coexistence pacifique entre l’élevage et la population des ours, dont les prédations sont très faibles et sans le moindre rapport avec celles attribuées aux loups. Dans les deux cas, d’ailleurs, les dégâts sont remboursés par les autorités, même lorsque les propriétaires et les bergers refusent de prendre la moindre précaution et abandonnent leurs troupeaux pendant plusieurs jours. Sans oublier que les chiens errants tuent et blessent de nombreuses brebis.

Toutes les associations concernées ont donc décidé de ne pas se rendre à la réunion de Toulouse.

Écologie Société
Temps de lecture : 2 minutes
Soutenez Politis, faites un don.

Chaque jour, Politis donne une voix à celles et ceux qui ne l’ont pas, pour favoriser des prises de conscience politiques et le débat d’idées, par ses enquêtes, reportages et analyses. Parce que chez Politis, on pense que l’émancipation de chacun·e et la vitalité de notre démocratie dépendent (aussi) d’une information libre et indépendante.

Faire Un Don

Pour aller plus loin…

Après l’expulsion du squat « En gare » à Montreuil, un homme maintenu en rétention
Reportage 27 mai 2024 abonné·es

Après l’expulsion du squat « En gare » à Montreuil, un homme maintenu en rétention

Suite à l’action des forces de l’ordre le 23 mai, deux personnes ayant reçu des OQTF ont été placées 48 h en rétention administrative à Bobigny. Le lendemain, Politis s’y est rendu avec Alexis Corbière, député LFI exerçant son droit de visite. Depuis, l’un des hommes a pu sortir, l’autre a été transféré en centre de rétention administrative.
Par Pauline Migevant
L’expulsion du « En Gare » à Montreuil menace des sans-papiers
Entretien 24 mai 2024 abonné·es

L’expulsion du « En Gare » à Montreuil menace des sans-papiers

Une vingtaine de personnes, pour la plupart sans papiers, vivaient dans ce squat montreuillois. Elles risquent d’être expulsées du pays, craint un coordonnateur du lieu qui nous expose les raisons et conséquences de cette opération de police.
Par Pauline Migevant
Eau, chasse, biodiversité… Comment les tabous sont tombés
Lobbying 21 mai 2024 abonné·es

Eau, chasse, biodiversité… Comment les tabous sont tombés

Foin des contraintes, des taxes, des contrôles, les syndicats majoritaires ont imposé leurs desiderata, tandis qu’une autre parole, celle de la Confédération paysanne, peine à faire entendre un point de vue différent.
Par Pierre Jequier-Zalc
Agriculture : feu sur les normes environnementales
Agriculture 21 mai 2024 abonné·es

Agriculture : feu sur les normes environnementales

Le choc de simplification martelé par le Premier ministre en réponse à la colère paysanne n’est qu’une nouvelle étape dans le démantèlement du droit de l’environnement mis en œuvre depuis l’élection d’Emmanuel Macron.
Par Vanina Delmas