En finir avec les pénuries de médicaments

Les ruptures d’approvisionnement sur des traitements essentiels explosent. Nombre de substances sont fabriquées à l’étranger et les obligations des laboratoires ne sont pas assorties de sanctions.

Ingrid Merckx  • 17 juillet 2019 abonné·es
En finir avec les pénuries de médicaments
© photo : Les patients atteints d’affections de longue durée, comme l’hypertension, sont les plus touchés.crédit : ADAM BERRY/Getty Images/AFP

M ettons fin aux pénuries de corticoïdes », demandait dans Le Monde (25 mai) une tribune de patients et de professionnels de santé « très préoccupés » par cette situation, alors que ces produits « font partie des médicaments d’intérêt thérapeutique majeur ». Ils jugeaient ces pénuries « graves » « pour la bonne prise en charge des patients ».

Entre 1 % et 4 % de la population est sous corticoïdes au long cours. Des centaines de milliers de patients en prennent en cure courte. De l’automne 2018 à mars 2019, on manquait de Sinimet, qui soigne les symptômes de la maladie de Parkinson. « Un médicament utilisé par 45 000 patients en France », avertissait France Parkinson. De 2014 à 2018, les vaccins disponibles, qui contiennent tous des adjuvants, associaient au DTP (1) des

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Société Santé
Temps de lecture : 7 minutes