Intimité politique

La correspondance (1945-1959) entre Albert Camus et Nicola Chiaromonte, antifasciste italien, montre leur positionnement idéologique progressiste et antistalinien pendant la guerre froide.

Ils furent bien peu à tenter de résister au rouleau compresseur idéologique qui se mit en place dès la fin de la Seconde Guerre mondiale, ou déjà quelque temps auparavant, quand le débat politique semblait se résumer partout sur la planète à l’opposition entre soutiens au plan Marshall et à la doctrine Jdanov (c’est-à-dire, pour ce deuxième cas, soutien inconditionnel au stalinisme et, du point de vue géopolitique, au bloc de l’Est). Une sorte d’impasse rationnelle, en somme. Parmi ces « résistants »…

Il reste 81% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Le goût subtil de la gentrification

Société
par ,

 lire   partager

Articles récents