« Le décalage entre dirigeants et écologues est immense »

Étudiant, Paul Clévy mixe un cursus de biologie avec les sciences politiques. Pour rapprocher les savoirs, mais aussi montrer que la réponse aux enjeux doit être globale.

Vanina Delmas  • 4 juillet 2019 abonné·es
« Le décalage entre dirigeants et écologues est immense »
© photo : Une naturaliste capture une grenouille de type dendrobates tinctorius dans une réserve naturelle de Guyane française.QUENTIN crédit : MARTINEZ/Biosphoto/AFP

À 19 ans, Paul Clévy assume son rôle de scientifique en devenir et de militant. Sa sensibilité à l’environnement est née dans sa Provence natale et est restée ancrée en lui, jusqu’à servir de boussole pour son cursus scolaire, son avenir professionnel et ses engagements citoyens. Passé au lycée par sa phase environnementaliste prônant les écogestes, il a basculé vers l’écologie politique, « celle qui a un projet systémique en traitant les causes, dont le capitalisme », participant à des manifestations, des actions de désobéissance civile… Étudiant, il est en deuxième année d’un double cursus : la majeure « politique et gouvernement » à Sciences Po-Paris et une licence de biologie à Sorbonne Université. Son sujet de recherche : les verrouillages de la

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Écologie
Temps de lecture : 7 minutes