Dossier : Demain on mange quoi ? Les nouveaux plats de résistance

Le poisson, c’est pour madame ?

Nos assiettes sont genrées à plusieurs titres : contenu et préparation. Pourquoi ? Et au prix de quelles discriminations ?

Dis-moi quel est ton genre, je te dirai ce que tu manges. Aux femmes les yaourts, les volailles et les boissons chaudes ; aux hommes les viandes rouges, les fromages et les céréales (1) ! Sans même s’étendre sur des considérations de pur marketing, le genre influe sur la façon dont hommes et femmes s’alimentent, mais aussi sur l’éducation qu’ils ont reçue. De ce constat ont découlé, au fils des ans, des théories parfois radicales : celle de la sous-alimentation volontaire des femmes, ainsi gardées « inférieures » car plus petites et moins fortes que les hommes. Ou encore celle de l’aliénation de ces dernières via le culte de la minceur, qui les amène à penser beaucoup trop à leur alimentation, et pas assez aux inégalités qui en découlent. Marie Plessz ne partage pas l’ensemble de ces avis. Elle constate néanmoins qu’hommes et femmes ne sont pas égaux devant leur assiette.

L’alimentation est-elle genrée ?

Marie Plessz : Oui, elle l’est même à trois niveaux. Le goût, tout d’abord : il y a des goûts qui sont associés à la masculinité et d’autres à la féminité. Par exemple, la viande rouge est considérée comme un aliment d’homme. À l’inverse, les fruits – tout ce qui est sucré – ou le poisson – tout ce qui est léger – seraient plutôt réservés aux femmes. Le travail domestique lié à l’alimentation, ensuite, est encore massivement assumé par les femmes.

Le dernier niveau concerne les compétences liées à l’alimentation. La santé, le bien-être de la famille, le bien-nourrir sont une responsabilité que l’on attribue aux femmes. Elles développent donc, au fil de leur vie, des compétences culinaires, nutritionnelles et organisationnelles. Elles doivent savoir préparer des plats différents, connaître les valeurs des aliments – par exemple, savoir que la mayonnaise, c’est gras – et maîtriser les repères nutritionnels : savoir ce qu’on doit manger et à quel âge. C’est d’ailleurs à elles que les pouvoirs publics s’adressent quand ils mènent des campagnes sur ces thèmes. Aussi, les femmes ont plus de connaissances que les hommes en la matière.

L’alimentation est-elle un facteur de discrimination des femmes ?

Elle l’est, mais de façon très indirecte. Au cours d’une étude que j’ai menée sur l’alimentation dans les classes populaires, j’ai rencontré des femmes qui avaient renoncé à chercher une promotion dans leur travail ou décidé de conserver un emploi à temps partiel pour continuer de prendre soin de leurs enfants et de leur mari. Et dans ce soin, il y a l’alimentation.

**Et d’un point de vue nutritionnel ?

Il reste 47% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Le goût subtil de la gentrification

Société
par ,

 lire   partager

Articles récents