Les pieds dans le « captcha »

La plateforme Internet mise en place par le gouvernement pour recueillir les soutiens soulève de nombreuses critiques.

On a connu la « start-up nation » plus en pointe dans la « disruption » technologique. La plateforme Internet du ministère de l’Intérieur chargée de recueillir les soutiens au projet de référendum sur la privatisation d’Aéroports de Paris n’en finit pas de soulever les critiques. Ce furent d’abord de nombreux bugs sur un site créé il y a plus de trois ans mais jamais testé et qui n’avait jamais servi jusqu’au 13 juin dernier. Il y eut ensuite la polémique sur les champs de formulaire imbitables, et…

Il reste 76% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Cinéma à l’Élysée

Éditorial accès libre
par ,

 lire   partager

Le blanchiment de Le Pen

Éditorial accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents