Tu veux une médaille ?

François de Rugy dégustait du homard tandis que d’autres mangeaient de la matraque. Le premier a démissionné, les matraqueurs ont été récompensés par Christophe Castaner.

D e Rugy démissionne. Mais l’éborgneur Castaner est toujours là et l’embastilleuse Belloubet aussi. Steve vaut moins qu’un homard ? », dénonçait sur Twitter Jean-Luc Mélenchon le 16 juillet, au plus fort de l’affaire dite du « Homardgate », du nom des crustacés consommés par le désormais ex-ministre de l’Écologie et sa femme lors de dîners donnés à l’hôtel de Lassay, du temps où François de Rugy était encore président de l’Assemblée nationale.

Une manière comme une autre de mettre en lumière l’indécence du gouvernement, qui a mis les bouchées doubles pour faire cesser cette affaire de frais de bouche et a remplacé fissa Rugy par Élisabeth Borne mais n’a, pour l’heure, pas bougé le petit doigt pour retrouver Steve Maia Caniço, Nantais de 24 ans poussé dans la Loire par une charge de la police le soir de la Fête de la musique et toujours porté disparu.

Indécence encore, celle du ministre bringueur de l’Intérieur, Christophe Castaner, qui a décoré de la médaille de la sécurité intérieure les policiers qui ont violemment chargé des gilets jaunes, entre autres, comme le révélait Mediapart le 17 juillet. Voyez plutôt : Bruno Félix, commandant des CRS auteurs des tirs qui ont touché mortellement Zineb Redouane, ou encore Rabah Souchi, qui a ordonné la charge de police à Nice qui blessa Geneviève Legay. Connus de l’Inspection générale de la police nationale, ils ont été décorés bien qu’ils soient sous le coup d’une enquête administrative ou judiciaire pour violences policières. Si Castaner a prévenu que la distinction leur serait retirée en cas de condamnation, ces médailles font désordre. Elles rappellent tristement qu’en France on récompense la violence d’État.

Pendant que le peuple se révoltait pour quelques centimes de plus à la pompe – preuve s’il en fallait encore que certains sont à l’euro près pour boucler leurs fins de mois –, le président de l’Assemblée nationale et ses convives se régalaient de homard arrosé de Mouton-Rothschild 2004 (environ 500 euros la bouteille) et de champagne. Loin, donc, des coups de matraque, charges violentes et tirs de LBD que l’on sert dans les rues à ceux qui s’en offusquent.

Il reste 64% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents