Les représentants de Génération identitaire condamnés à de la prison ferme

Trois responsables du groupuscule d’extrême droite ont été condamnés ce jeudi à Gap pour leur action anti-migrants à la frontière italienne au printemps 2018.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Le tribunal correctionnel de Gap a prononcé jeudi des peines de six mois de prison ferme contre Clément Gandelin, alias Clément Galant, 24 ans, président de Génération identitaire, Romain Espino, 26 ans, porte-parole du mouvement, et Damien Lefèvre, alias Damien Rieu, 29 ans, attaché parlementaire de Gilbert Collard (RN), après les actions anti-migrants menées sur la frontière franco-italienne par cette association d'extrême-droite au printemps 2018. L'association est, elle, condamnée à l'amende maximale de 75 000 euros.

Les juges ont donc suivi à la lettre les réquisitions du procureur de la République de Gap, Raphaël Balland, lors du procès qui s’est tenu le 11 juillet.

Les prévenus étaient poursuivis pénalement pour des « activités exercées dans des conditions de nature à créer dans l'esprit du public une confusion avec l'exercice d'une fonction publique ». Un chef d’accusation moins lourd que celui que plusieurs témoignages, non retenus par l’enquête, auraient pu caractériser.

À lire >> Des « patrouilles » anti-migrants

Deux d’entre eux étaient absents au procès. L’unique présent, Clément Gandelin, était resté muet face aux juges. À la sortie, il avait promis d’aller en appel en cas de condamnation.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents