« Ad Astra », de James Gray : tempérament céleste

Dans Ad Astra, James Gray réinvente la conquête de l’espace à travers un personnage d’astronaute chargé de retrouver son père du côté de Neptune.

Christophe Kantcheff  • 17 septembre 2019 abonné·es
« Ad Astra », de James Gray : tempérament céleste
© crédit photo : Twentieth Century Fox France

Autant le dire d’emblée : Ad Astra n’a pas la profondeur du film précédent de James Gray, The Lost City of Z, ce chef-d’œuvre. Il en a toutefois la splendeur : Ad Astra (« Vers les étoiles », en latin) ne comporte quasiment aucune image de paysages ou de décors naturels. L’action se déroule quasi intégralement dans

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Cinéma
Temps de lecture : 3 minutes