Amazonie : Les enfumeurs de la déforestation

Alors que la forêt brésilienne recule à nouveau fortement depuis l’arrivée au pouvoir de Bolsonaro, les pays occidentaux feignent d’ignorer la responsabilité de leurs politiques agro-industrielles.

Patrick Piro  • 4 septembre 2019 abonné·es
Amazonie : Les enfumeurs de la déforestation
© photo : Les incendies permettent aux agriculteurs brésiliens de mettre de nouvelles parcelles en pâtures, puis en cultures de soja.crédit : Biosphoto/Theo Allofs

Jamais les nouvelles alarmistes de la déforestation en Amazonie n’avaient provoqué à l’étranger des réactions officielles aussi promptes. À l’annonce, fin août, d’un quasi-doublement en un an du nombre de foyers embrasant le plus important massif tropical de la planète, le G7 réuni à Biarritz débloque une enveloppe de 20 millions d’euros et une polémique enfle autour de la responsabilité du président brésilien, Jair Bolsonaro, qui a fait sauter les verrous de protection de l’Amazonie.

Pour autant, certains politiques semblent simultanément découvrir les données du problème. Le 27 août, Élisabeth Borne est interrogée par France Inter sur l’appel de Yannick Jadot, chef de file d’Europe écologie-Les Verts (EELV),

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Écologie
Temps de lecture : 7 minutes