« Ceux qui travaillent », d'Antoine Russbach : à vau-l’eau

Dans Ceux qui travaillent, Antoine Russbach montre comment le capitalisme façonne les consciences.

Frank (Olivier Gourmet) travaille depuis quinze ans dans le fret maritime. C’est un self-made-man qui occupe un poste à responsabilités dans une société soumise à une redoutable concurrence. Un jour survient ce qu’il va nommer un « accident de parcours » : un jeune migrant, sans doute atteint du virus Ebola, est monté à bord d’un des navires qu’il supervise. Toutes les solutions qui s’offrent à lui sont coûteuses parce qu’elles retardent la livraison de centaines de containers. Après avoir tergiversé, il ordonne au capitaine du bateau de passer le migrant par-dessus bord.

Pour son premier long-métrage, le réalisateur suisse Antoine Russbach tape en plein cœur du capitalisme et de sa capacité à façonner les consciences.

Il reste 61% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

À quoi bon le Moyen Âge ?

Société accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.