Le corps libéré

Le Festival d’automne consacre un « Portrait grand format », riche de nombreux événements, à l’Américain Merce Cunningham, qui a radicalement renouvelé l’art chorégraphique.

Jérôme Provençal  • 24 septembre 2019 abonné·es
Le corps libéré
© photo : Merce Cunningham et le musicien John Cage ont noué une intense relation artistique. crédit : James Klosty

Né en 1919 et mort en 2009, en restant actif jusqu’au bout, Merce Cunningham – dont la vivacité d’esprit n’avait d’égale que celle de corps – a traversé près d’un siècle et a inscrit une empreinte indélébile dans le domaine de la danse contemporaine. Ayant très tôt démontré une agilité et une dynamique physiques peu communes, il apprend les claquettes durant son adolescence dans sa (petite) ville natale, Centralia (Washington). Aux abords de la vingtaine, il vient s’installer à New York afin de

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Spectacle vivant
Temps de lecture : 5 minutes