« Ne croyez surtout pas que je hurle », de Frank Beauvais : silence on crie

Franck Beauvais livre un récit autobiographique et cinéphile.

Auteur de courts métrages remarqués, Frank Beauvais signe avec son premier long métrage une œuvre intimiste, autobiographique et, en même temps, nourrie de (presque) tous les films du monde. Explication : deux pistes distinctes – comme on le dit d’un enregistrement de musique – mais cheminant ensemble constituent Ne croyez surtout pas que je hurle.

Il y a d’une part le récit (1), déroulé par la voix du réalisateur, des quelques mois que Franck Beauvais a passés seul, en 2016, dans un village alsacien situé dans le parc naturel régional des Vosges du Nord, son compagnon l’ayant quitté. « L’exil loin de Paris est subi maintenant, donc, ici où la généreuse opulence de la nature parvient à dissimuler, à l’œil non exercé, la raideur parfois protestante, presque immanquablement droitière, de ses habitants. »

Il reste 61% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

À quoi bon le Moyen Âge ?

Société accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.