Pourquoi Sanofi sacrifie sa recherche

Le géant français du médicament licencie trois cents chercheurs et près d’un millier de salariés, malgré des bénéfices confortables. Une stratégie financière qui hypothèque l’industrie pharmaceutique hexagonale.

Erwan Manac'h  • 4 septembre 2019 abonné·es
Pourquoi Sanofi sacrifie sa recherche
© photo : Pour n’avoir pas été assez rapide dans l’application de la stratégie du groupe, le directeur général, Olivier Brandicourt, vient d’être précipité nà la retraite.crédit : JACQUES DEMARTHON/AFP

Sanofi souhaite remodeler son portefeuille », « devenir plus flexible et agile ». L’heure est donc aux « désinvestissements » : suppression de 299 postes de chercheurs en France, avec l’abandon de la recherche sur les maladies cardiovasculaires et Alzheimer, et de 232 emplois de visiteurs médicaux, 700 ruptures conventionnelles collectives dans les fonctions supports (ressources humaines, informatique, etc.) et externalisation du programme de pharmacovigilance – la surveillance des effets secondaires d’un médicament après sa mise sur le marché. Le fleuron français de l’industrie pharmaceutique, troisième vendeur de médicaments au monde, accélère une cure d’amaigrissement, qui l’a fait passer de 30 000 à 25 400 salariés en dix ans en France (100 000 dans le monde), avec une chute particulièrement spectaculaire de ses effectifs en

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Travail Santé
Temps de lecture : 8 minutes