Ultimes barouds contre la PMA

Malgré le front des antis qui s’inquiète d’une « rupture anthropologique », l’ouverture de la PMA lors des révisions des lois de bioéthique semble réunir une majorité favorable.

P as de PMA sans père », a décrété l’Académie de médecine (ANM). Dans un rapport publié le 21 septembre, elle exprime ses « réserves » sur l’ouverture de la PMA aux femmes seules et en couple, mesure phare de la révision des lois de bioéthique en séance plénière à l’Assemblée depuis le 24 septembre. La position de cette institution qui n’est pas réputée pour sa modernité est aujourd’hui portée par Jean-François Mattei, ancien ministre de la Santé du gouvernement Raffarin (2002-2004) mais aussi ancien président du Comité consultatif national d’éthique (CCNE, 1993-1999). Ce qui peut surprendre, le CCNE s’étant déclaré favorable à une ouverture de la PMA. Comme d’ailleurs d’autres instances pas réputées non plus pour leur modernité comme le Conseil de l’ordre des médecins, le Conseil d’État, ou la Commission d’audition parlementaire.

« Peut-on accepter qu’un enfant soit délibérément privé de père ? », a insisté l’ANM, fustigeant une mesure « à caractère sociétal », dans la lignée du Pacs et du mariage pour tous. Les premières lois de bioéthique en 1994 ont autorisé l’Assistance médicale à la procréation (AMP) aux couples hétérosexuels infertiles en âge de procréer. L’AMP n’ayant jamais « soigné » l’infertilité, elle a toujours consisté en un accompagnement « social » ou « sociétal ». Le retour de cet argument au moment où se discute l’extension aux femmes seules et en couple apparaît donc comme discriminatoire aux yeux d’un certain nombre. Dont le député LREM Jean-Louis Touraine, rapporteur du projet de loi de bioéthique, qui a fait valoir sur France Info que tous les enfants nés dans des couples de même sexe « nous disent à quel point ils sont épanouis, à quel point ils sont heureux, ils ne souffrent d’aucun manque ».

Il reste 64% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

À quoi bon le Moyen Âge ?

Société accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.