Cinéma : « Pour Sama », de Waad Al-Kateab et Edward Watts

Un documentaire fait d'images de la révolution syrienne et du quotidien d'Alep en guerre.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Ce film est constitué d’images prises par Waad Al-Kateab entre 2011 et fin 2016 à Alep. Au début de la révolution, alors qu’elle était étudiante en marketing, elle s’est mise à filmer les manifestations, les actions répressives du régime syrien, puis, de fil en aiguille, le quotidien de la ville en guerre. En même temps, elle enregistre les grands événements de sa vie : son mariage avec Hamza ou la naissance de leur enfant, Sama. 

Pourquoi rester et mettre la vie de leur fille en danger ? Cette question taraude Waad et Hamza, l’un des rares médecins à demeurer dans la ville en état de siège. Ce que leur infligent l’armée de Bachar et les forces russes est effroyable. Tous les jours, des civils, enfants, femmes et vieillards à l’article de la mort, mutilés, ensanglantés, sont amenés à l’hôpital. Celui-ci est bombardé sans répit et finalement détruit. Hamza et quelques-uns de ses collègues survivants improvisent un hôpital de fortune. 

Les images sont souvent difficilement supportables, mais pas voyeuristes. On regrette toutefois que le film, réalisé par Waad Al-Kateab avec Edward Watts, soit doté d’une musique kitsch envahissante qui n’a éthiquement pas lieu d’être. Il n’empêche que Pour Sama reste un document secouant.

Pour Sama, Waad Al-Kateab et Edward Watts, 1 h 35.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents