Écharpes bleu-blanc-jaune

Malgré les dotations de l’État en baisse et une déconsidération de leur fonction, des maires se sont investis dans le mouvement des gilets jaunes. Jusqu’à donner des idées pour les municipales.

En affichant, le 16 novembre 2018, un gigantesque gilet jaune sur le fronton de sa mairie de Morbecque (Nord, 2 500 habitants), Jérôme Darques (divers droite) avait frappé fort. « Je voulais montrer à mes administrés que je comprenais leur exaspération. » Si tous les maires ne l’ont pas imité, ils sont nombreux à avoir affirmé comprendre le mouvement des gilets jaunes. Les faux cadeaux d’Emmanuel Macron, un « grand débat » téléguidé aux effets qu’on attend toujours et des violences policières plus tard,…

Il reste 94% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents