Ce que tolère la République

En accordant un entretien à Valeurs actuelles, Emmanuel Macron banalise la haine.

Ce 28 octobre, Emmanuel Macron, chef de l’État français, a tweeté, après qu’un ex-candidat du Front national eut tenté d’incendier ce bâtiment et tiré sur deux de ses fidèles : « Je condamne avec fermeté l’attaque odieuse perpétrée devant la mosquée de Bayonne. » Puis d’ajouter : « La République ne tolérera jamais la haine. » La première de ces deux propositions était inexacte, car, petit un : il ne s’agissait bien sûr pas d’une « attaque » mais – aussi longtemps, du moins, que l’on souhaite garder un sens…

Il reste 83% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents