Des écolo-activistes font annuler une conférence sur les énergies fossiles

Des militants des Amis de la Terre et d’Action non-violente COP21 se sont introduits au sein de la conférence européenne annuelle sur le gaz.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


N on, le gaz n’est pas une énergie de transition. » Ce mercredi 6 novembre, 91 activistes des Amis de la Terre et d’Action non-violente COP21 ont infiltré le salon de l'Hôtel Intercontinental, situé à deux pas du prestigieux Opéra Garnier. Le but de la manœuvre ? Interrompre une réunion tenue à huis clos entre industriels des énergies fossiles et investisseurs privés et publics de ce secteur.

Armés d’un mégaphone et de banderoles « stop aux subventions fossiles », un groupe de militants prend place devant l’affiche publicitaire de la conférence européenne annuelle sur le gaz (EAGC). « Les nouveaux projets gaziers sont des bombes à retardement qui menacent le climat et la vie de chaque être humain sur terre. Alors que ces bombes sont en train d’être armées par l’industrie des énergies fossiles ce sont des acteur financiers français, privés et publics, qui ont le doigt sur le détonateur », tonne Sixtine d’Action Climat Paris. 

Plus qu’aux industriels et lobbies qui participent à la réunion qui se tient dans une salle adjacente, le message s’adresse aux députés. Alors qu’au même moment les subventions attribuées aux énergies fossiles dans le budget 2020 sont discutées à l’Assemblée nationale, les militants souhaitent que plus aucune ne soit attribuée aux exportations pétrolières et gazières. « Notre priorité numéro un c’est que plus aucune réserve de pétrole ou de gaz ne soit ouverte et que la France arrête de financer les groupes qui les exploitent », explique Laurette des Amis de la Terre.

Un gaz au potentiel de réchauffement 25 fois plus puissant que le CO2

Les activistes pointent particulièrement du doigt le projet « Rio Grande LNG », un terminal d’exportation de gaz de schiste situé aux États-Unis mais en grande partie financé par la Société Générale. « Ils se cachent derrière le mythe d’un gaz qui serait vert pour justifier l’injustifiable mais le gaz est une énergie fossile au même titre que le pétrole ou le charbon », poursuit Sixtine.

Pendant que les slogans comme « les petits pas ne suffisent pas » ou « écologie libérale, mensonge du capital » retentissent dans le hall de l'hôtel, un groupe de militants parvient à s’introduire dans la salle de réunion. Seulement une demi-heure après le début de l’action de désobéissance civile non violente, la réunion est interrompue. « Ils ont fait retentir des alarmes assourdissantes et les acteurs de la conférence ont évacué », se félicite Laurette.

Une victoire pour le groupe qui appelle la Société Générale à renoncer au projet d’extraire un gaz composé à 95 % de méthane, gaz à effet de serre 25 fois plus puissant que le CO2. Après trois heures d’occupation, les activistes ont finalement été évacués par la police mais leur objectif est atteint : la conférence qui devait se tenir ce mercredi a bel et bien été annulée.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents