Disparition de Jean Douchet

Décès à 90 ans de ce cinéphile considérable, passeur enjoué et infatigable.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Jean Douchet est mort le 22 novembre, à 90 ans. Cinéphile considérable, passeur enjoué et infatigable, il a consacré sa vie à transmettre son goût pour le cinéma et à aider les spectateurs à voir. Au cinéma du Panthéon ou à la Cinémathèque, à Paris, où il a animé pendant de longues années un ciné-club, il commençait ses interventions après la projection d’un film en posant cette question : qui le voit pour la première fois ? Ce rituel avait sa signification : malgré son érudition, Jean Douchet savait être entendu par tous, même par les moins familiers de l’œuvre projetée. Il savait faire profiter de sa formidable capacité à pénétrer une mise en scène quiconque l’écoutait, car il partait toujours de descriptions précises des plans, de la position de la caméra, du cadre, du jeu des acteurs, et non de considérations théoriques.

Figure historique des Cahiers du cinéma, où il fut proche d’Éric Rohmer, Jean Douchet était un esprit libre et généreux, démontrant par l’exemple que la critique ne relève pas d’un exercice surplombant, décernant les bons et les mauvais points, mais d’un acte d’amour. S’il était avant tout un homme de l’oralité, il a tout de même publié deux livres remarquables, Hitchcock et L’Art d’aimer (tous deux réédités dans la « Petite Bibliothèque » des Cahiers du cinéma). Avec ses allures de dandy, Jean Douchet a aussi fait quelques apparitions à l’écran, par exemple chez Jean Eustache ou chez Xavier Beauvois, dont il a été le mentor. Il s’est aussi essayé à la réalisation, en participant notamment à Paris vu par… (1965), film à sketches réalisés par des cinéastes de la Nouvelle Vague. Jean Douchet était devenu une figure tutélaire qui, aujourd’hui, laisse orphelins tous les cinéphiles et tous les critiques.

La Cinémathèque rend hommage à Jean Douchet ce mardi 26 novembre à partir de 19h15, en projetant notamment le film-portrait réalisé par trois jeunes réalisateurs, Fabien Hagège, Guillaume Namur, Vincent Haasser, « Jean Douchet, l'enfant agité ».

La Cinémathèque française, 51 rue de Bercy, 75012 Paris


Haut de page

Voir aussi

Articles récents