Festival d’Arras

Pour sa 20e édition, le Festival du film d’Arras, dont l’invitée d’honneur cette année est Nicole Garcia, ouvre ses portes le 8 novembre.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Sous la houlette d’Éric Miot et Nadia Paschetto, son délégué général et sa directrice, c’est un festival foisonnant qui ouvre ses portes le 8 novembre pour célébrer sa 20e édition. Le Festival du film d’Arras, dont l’invitée d’honneur cette année est Nicole Garcia, n’a en effet pas trop de dix jours pour dérouler son programme, qui se caractérise par son intérêt pour le cinéma européen et une belle diversité, avec des avant-premières de films pour certains grand public et des sections beaucoup plus défricheuses. Ainsi, à côté d’une compétition réunissant neuf films du Vieux Continent, le festival montrera avant leur sortie en salle J’accuse, de Roman Polanski, Les Misérables, de Ladj Ly, mais aussi Le meilleur reste à venir, de Matthieu Delaporte et Alexandre de La Patellière, avec Fabrice Lucchini et Patrick Bruel, ou Je voudrais que quelqu’un m’attende quelque part, d’Arnaud Viard, avec Jean-Paul Rouve. On pourra voir également une sélection de 14 films d’Europe de l’Est, des premiers longs métrages dans la section « Découvertes européennes » et un focus sur le cinéma tunisien. Enfin, le festival s’intéresse aux films du passé sous la forme de thématiques, qu’il s’agisse de « L’Italie de Mussolini » dans le cinéma italien des années 1930 jusqu’à nos jours ou de « Peurs sur les sixties », avec des films à frissons réalisés dans les années 1960.

Arras film festival, du 8 au 17 novembre, arrasfilmfestival.com


Haut de page

Voir aussi

Articles récents