Un portrait malgré soi

Dans Je reste roi de mes chagrins, Philippe Forest imagine une pièce de théâtre mettant en scène les séances de pose entre Churchill et le peintre Sutherland, les deux découvrant qu’ils partagent un même malheur.

On peut être a priori surpris de l’intrigue du nouveau roman de Philippe Forest, lui qui ne s’était jamais saisi d’un personnage historique, côtoyant davantage les rives de l’autofiction. Il s’agit d’un épisode situé dans la dernière année de la vie publique de Winston Churchill, en 1954. Les chambres des Communes et des Lords ayant décidé de rendre hommage à l’homme d’État pour ses 80 ans, celui-ci se retrouve face à un peintre, Graham Sutherland, chargé pour l’occasion de réaliser un majestueux portrait.…

Il reste 88% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents