La Sologne barricadée entre des milliers de kilomètres de grillage

Un rapport suggère de mettre fin à ce scandale....

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Depuis une dizaine d’années la magnifique forêt de Sologne se couvre peu à peu de grillages et d’interdictions. Sous la pression des chasseurs et de grands propriétaires, souvent les mêmes, et fréquemment avec la complicité des maires, cet espace naturel, créé au XIXe siècle pour assainir de nombreux marécages, et qui couvre environ 5.000 kilomètres carrés, est peu à peu devenu inaccessible aux promeneurs, aux habitants, aux naturalistes et à tous ses habitants. 

Tous se heurtent désormais aux grillages, qu’ils soient ramasseurs de champignons et, même, comble de paradoxe, chasseurs individuels – ceux qui n’ont pas les moyens de se payer des actions des sociétés de chasse privées. Tous se heurtent également à des pancartes dissuasives et menaçantes, à des clôtures infranchissables, à des pièges ou à des gardes privés, et à la fermeture des pistes et sentiers qui permettaient encore récemment aux promeneurs de profiter de cette nature à la riche biodiversité. Ceci pour faciliter les chasses privées ou assurer la « tranquillité » des riches propriétaires. Lesquels cherchent à rentabiliser des espaces couvrant parfois des centaines d’hectares.

La faune menacée

En 2018, face aux protestations des Solognots, le Conseil régional a fixé des limites aux grilles posées à grand frais. Elles ne doivent pas dépasser une hauteur de 120 centimètres et laisser un espace de 40 centimètres au dessus du sol pour permettre la circulation de la petite faune dans toute la région. Mais cette nouvelle réglementation à l’encontre des propriétaires, n’a pas été suivie d’effet car elle ne prévoit aucune sanction. Au contraire, comme les gestionnaires craignaient visiblement qu'une loi ou un arrêté préfectoral durcisse cette réglementation, la plupart ont accéléré le rythme de l’engrillagement, rehaussé la plupart des obstacles et multiplié les interdictions. 

Conséquences : en beaucoup d’endroits la faune est définitivement emprisonnée et les automobilistes ou les cyclistes roulent pendant des kilomètres entre des palissades et des grillages. Sans pouvoir pénétrer dans la forêt. Les grands mammifères comme les cerfs sont de plus en plus nombreux, pour fuir les battues privées, à se blesser ou à se tuer en tentant de franchir les obstacles qui sont la plupart du temps surmontés ou doublés par des fils de fer barbelés et ne respectent pas la règlementation. Nombreux sont les habitants de Sologne qui ont assisté à leur mise à mort alors qu’ils sont acculés à l’obstacle privatifs. 

Quant à la petite faune, faute de passage sous le grillage, elle disparaît doucement mais sûrement faute de pouvoir se nourrir ou se reproduire. Seuls les oiseaux échappent à cet enfermement. C’est sans doute pour cela que lorsqu’un faisan déambule sur une route, il est facile de l’approcher, voire de le capturer, en lui offrant des grains de maïs. Car ces oiseaux apprivoisés sont nourris avec ce maïs avant d’être relâchés devant les chasseurs.

Les habitants enfermés sur les routes !

Comme les protestations des habitants de la région sont de plus en plus véhémentes et que certains menacent d’envoyer des « commandos » cisailler les clôtures – c'est le cas du cinéaste Nicolas Vanier qui réside dans cette Sologne où il est né –, le gouvernement a demandé une étude à un groupe de spécialistes et d’ingénieurs. Elle vient d’être rendue publique. En une soixantaine de pages, elle donne raison à la majorité des Solognots et conclut: 

Tout concourt à démontrer que les enclos hermétiques ou l’utilisation de grillages imperméables à la faune sont un non-sens cynégétique, présentent des non-conformités en matière de droit à l’environnement ou de droit rural et échappent au contrôle des élus et de l’Etat.

Une des mesures suggérées est que la chasse soit désormais interdite dans les espaces naturels clos.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents