Yannick Pincé, 42 ans, enseignant

« Nous ne sommes pas des “privilégiés”. »

O_n a l’impression que c’est perdu d’avance… » Même si Yannick Pincé soutient la mobilisation du 5 décembre, il en parle avec beaucoup de défaitisme : « Sans les dénigrer, j’ai l’impression que les mobilisations collectives ne marchent plus. Et ça sert l’argumentation du gouvernement, qui a déjà commencé la contre-offensive en disant : “Ce sont des privilégiés toujours en grève qui ne font rien…” » Le professeur d’histoire-géographie au lycée Jean-François-Millet de Cherbourg prévient : « _J’ai pris le…

Il reste 74% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Droit à l’avortement, cause universelle

Éditorial accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.